CONFERENCE PEMS / LRS: « Walking and Wandering in Early Modern Culture and Literature », Paris, 21-22 juin 2018

« Walking and Wandering in Early Modern Culture and Literature » / « La Marche – la pérégrination » »

CONFERENCE PEMS / LRS, 21-22 June 2018

Paris (venue to be announced)
English Version

Walking is one of the most basic human modes of relating to place and space, and is as such fundamental to the shaping of human identity, memory and experience. The phenomenological philosophy of Lefebvre, Certeau, and Merleau-Ponty even presents space, time, and text as direct products of the practice of moving in them. In his Philosophy of Walking (Marcher, une philosophie, 2009),  philosopher Frédéric Gros posits that walking is one of the last remaining ‘free’ acts in our post modern society, one that cannot be monetised or commodified, a living challenge to capitalism itself.

The early modern period engages in a variety of ways with this activity, endowing it with its own conceptual, textual, cultural and social biases. As the biblical punishment of great transgressors from Cain to the Wandering Jew, vagrancy rings negatively in the period and is primarily associated with beggars, gypsies and rogues, who were sent on the roads by social and economic hardships and were regularly denounced in proclamations on vagabondage under the Tudors and early Stuarts. Meanwhile the physical and spiritual dimensions of the walk combine in such categories as missionaries and pilgrims, seen as the followers of Christ and the Apostles in spreading the faith. An ambivalent attitude to walking and wandering can also be seen in the receptions to such secular peripatetic experiments as Ben Jonson or John Taylor’s walks to Scotland, William Kempe’s nine-day dance from London to Norwich, or Thomas Coryate’s tour of Europe, a pedestrian precursor to the culture of idleness and curiosity that would later characterise the post-Restoration Grand Tour.

A variety of literary and artistic genres in the period equally respond to this preoccupation with mobility as an embodied practice. In their different ways, romances, descriptions of cities, devotional poetry, pedlars’ ballads, and travelling players’ performances all resonate with this culture of itinerancy and make it a meeting point between the experience of the visited world and that of intimate, introspective journeys.

We welcome 15- to 20-minute papers on the philosophical, historical, literary and cultural dimensions of walking and wandering in the period roughly extending from 1500 to 1700. Special focus will be put on mobility as a textual, conceptual, and artistic practice, both informing the period’s shifting demands and specific paradigms, and getting inflected by them.

Please send 100-word proposals to Line Cottegnies (line.cottegnies@paris-sorbonne.fr), Ladan NIayesh (niayesh@univ-paris-diderot.fr) and Denis Lagae-Devoldère (dlagaedevoldere@gmail.com), by 15 January 2018.

(proposal written by Ladan Niayesh et Denis Lagae-Devoldère)

French Version :

La marche et la pérégrination dans la culture et la littérature de la première modernité

L’action de marcher est pour l’humain un des modes essentiels de relation à l’espace et au lieu : la marche apparaît ainsi comme un paradigme fondamental dans la formation de l’expérience humaine, la construction de l’identité et la mémoire. La phénoménologie de Lefebvre, Certeau et Merleau-Ponty va jusqu’à postuler que le temps, l’espace et le texte sont le résultat de la « pratique » dialectique (Certeau) que le mouvement humain leur applique. Dans un essai récent, Marcher, une philosophie (2009), le philosophe  Frédéric Gros présente la marche comme l’une des dernières actions « libres » de notre société post-moderne, action qui ne peut se monétiser ni se marchandiser, et qui défie la notion même de capitalisme.

La première modernité aborde l’activité de marcher de façon multiple et avec les préjugés conceptuels, sociaux, culturels et textuels de son temps. L’errance, châtiment biblique de grands transgresseurs tels que Caïn et le Juif errant, se mêle aux connotations négatives du vagabondage, associé aux mendiants, aux gitans et aux gueux que les difficultés économiques et sociales avaient jetés sur les routes et qui faisaient l’objet d’une législation sévère sous les Tudor et au début de l’ère Stuart. Pourtant, les dimensions physiques et spirituelles attachées à la marche se retrouvent combinées chez des figures telles que les missionnaires ou les pèlerins, perçus comme ceux qui suivent l’exemple du Christ et des Apôtres en propageant la foi. L’ambivalence des attitudes de la période vis-à-vis de la marche se reflète de même dans les expériences dépourvues de dimension religieuse telles que les expériences péripatétiques de Ben Jonson et de John Taylor qui entreprirent tous deux ainsi le voyage de l’Ecosse, la danse de neuf jours depuis Londres jusqu’à Norwich de William Kempe, ou le tour de l’Europe essentiellement pédestre de Thomas Coryate, ce précurseur de la culture de l’oisiveté et de la curiosité qui devait plus tard présider à la vogue du Grand Tour.

De nombreux genres littéraires et artistiques se sont intéressés pendant cette période à la mobilité et à ses modalités physiques. Les romances, les descriptions de villes, la poésie dévotionnelle, les ballades et pamphlets vendus par les colporteurs, et les représentations par des troupes de théâtre itinérantes se font partout l’écho de cette culture de l’itinérance et représentent un point de rencontre entre l’expérience du monde tel qu’on le perçoit en visite et le voyage introspectif et intime.

C’est à cette jointure que le programme 2017-2018 de PEMS (Paris Early Modern Seminar) entend situer sa réflexion sur les dimensions philosophique, historique, littéraire et culturelle de la marche et de la pérégrination dans un cadre chronologique qui va approximativement de 1500 à 1700. On s’intéressera particulièrement à l’étude de la mobilité comme une pratique textuelle, conceptuelle et artistique et aux manières dont les conditions et paradigmes spécifiques à la période ont pu informer cette pratique et être influencés par elle.

Merci d’envoyer des propositions de commmunications de 15-20 minutes pour le 15 janvier 2018 au plus tard à Line Cottegnies (line.cottegnies@paris-sorbonne.fr), Ladan NIayesh (niayesh@univ-paris-diderot.fr) and Denis Lagae-Devoldère (dlagaedevoldere@gmail.com).

(Proposition rédigée par Ladan Niayesh et Denis Lagae-Devoldère)

Selective bibliography

Joseph Amato, On Foot: A History of Walking. New York: New York University Press, 2004.

Robert Burton, An Anatomy of Melancholy, 1621.

Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. Paris: Gallimard, 1980.

Simon Coleman and John Eade, Reframing Pilgrimage: Cultures in Motion. London: Routledge, 2003.

Robert MacFarlane, The Old Ways : A Journey on Foot. London : Penguin, 2012.

Frédéric Gros, Marcher : une philosophie. Paris : Carnets Nord, 2009. A Philosophy of Walking. trans. By John Howe. London : Verso, 2014.

Tim Ingold and Jo Lee Vergunst (eds.), Ways of Walking: Ethnography and Practice on Foot. Aldershot: Ashgate, 2008.

Riita Laitinen and Thomas Cohen (eds.), A Cultural History of Early Modern European Streets. Leiden: Brill, 2009.

David le Breton, Marcher : Eloge des chemins et de la lenteur. Paris : Métailié, 2012.

Henri Lefebvre, Critique de la vie quotidienne. Paris: L’Arche, 1958.

James Loxley, Anna Groundwater, and Julie Sanders (eds.), Ben Jonson’s Walk to Scotland: An Annotated Edition of the ‘Foot Voyage’. Cambridge: Cambridge University Press, 2015.

Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception. Paris: Gallimard, 1945.

David Roberts, ‘Ravishing Strides: Signs of the Peripatetic in Early Modern Performance’, New Theatre Quarterly 17.1 (2001), pp. 18-30.

Marc Shell, Talking the Walk and Walking the Talk: A Rhetoric of Rhythm. New York: Fordham University Press, 2015.

Timothy Shotell and Evrick Brown, Walking in Cities: Quotidian Mobility as Urban Theory, Method, and Practice. Philadelphia: Temple University Press, 2016.

Rebecca Solnit, Wanderlust: A History of Walking. London: Verso, 2001.

Peter Stallybrass, ‘The Mystery of Walking’, Journal of Medieval and Early Modern Studies 32.3 (2002), pp. 571-580.

Henry David Thoreau, ‘Walking’, 1851.

Filipo de Vivo, ‘Shared Spaces and Knowledge Transactions in the Italian Renaissance City: Walking in Sixteenth-Century Venice: Mobilizing the Early Modern City’. I Tatti Studies in the Italian Renaissance 19.1 (2016), pp. 115-141.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.